Budget 2019

La commune de Salaise sur Sanne a connu la plus forte diminution de ressources constatée sur le territoire (- 21 % entre 2011 et 2016)

Pour faire face à cette situation, les dépenses sont maîtrisées grâce à :
• Une gestion financière rigoureuse qui permet chaque année de dégager de nouvelles baisses des dépenses de fonctionnement.
La baisse des achats (- 1 000 000 € entre 2013 et 2017) a permis de ramener ces dépenses au niveau de 2001. Pour 2019, le budget prévoit une nouvelle baisse de 150 000 € sans diminuer le niveau de service public.
• Une stabilité des dépenses de personnel et des subventions aux associations ;
• Cela permet de dégager pour les investissements 1 000 000 € de dépenses nouvelles par an dans le cadre du plan pluriannuel d’investissement.

Le budget 2019 est bâti pour mettre en œuvre les actions du projet managérial porté par la collectivité et décliné en 3 axes forts :
- Mieux travailler ensemble, visant à développer la lisibilité, la cohérence et le sens du projet politique aux actions du personnel municipal.
- Préparer Salaise pour demain, afin de permettre de confirmer les politiques publiques facultatives que la commune a mises en place vis-à-vis des salaisiens et notamment des enfants et seniors, et de développer et valoriser les compétences des agents municipaux.
- Salaise durable : élus et services municipaux ont entrepris de nombreuses actions qui vont dans le sens d’une limitation de l’impact sur l’environnement et nous souhaitons continuer dans ce sens.

L'érosion des recettes stoppée

Pour arrêter la baisse brutale des ressources communales (-2,3 millions d’€ entre 2011 et 2016), la commune a augmenté, en 2016 et 2018, les impôts locaux.
Pour 2019, il n’y aura pas de nouvelles augmentations d’impôts.
En revanche, l’évolution des tarifs de chaque service à la population va être réexaminée. La majorité des tarifs est fixée pour l’année scolaire.

Des dépenses maîtrisées


En matière de dépenses de fonctionnement, un travail important a été mené pour regarder chaque compte de dépense et optimiser la dépense publique. Par exemple, des économies conséquentes ont pu être faites sur les frais d’affranchissement, la réduction du nombre de moyens d’impression ou le travail encore en cours sur l’adaptation des logiciels métiers des services.
Sur l’alimentation, l’intégration d’une centrale d’achat a permis une diminution significative des dépenses tout en maintenant la qualité des produits achetés.
La poursuite des recherches des économies pour 2019 permet une réduction supplémentaire de 150 000 € des dépenses de charges à caractère général.